Créer un site internet

Blog

Pour la langue et la culture réunionnaises dans l’école

PÉTISION POU BANN PARAN, BANN FUTUR PARAN LA RÉNION : SHAK MARMAY NÉNA LO DROI APRANN ANSANM SON LANG, SON KILTIR.

28 séptanm – 28 oktob : dann in moi la journé intèrnasional la lang, la kiltir kréol. Isi la Rénion, néna osi nout tradisionèl somén kréol.

1 moi avan, nou lans nout pétision pou domann bann paran déklar zot volonté oir zot marmay aprann ansanm zot lang zot kiltir.

Alon mét ansanm !

Pour que chaque parent qui le souhaite puisse inscrire son enfant dans une classe à option Langue et culture régionales.

À chaque rentrée, moins de 5% des élèves réunionnais bénéficient de l’option langue et culture régionales sur l’ensemble des supports existants : classe bilingue et option LCR.

L’élève apprend mieux lorsque l’on construit le savoir à partir de son environnement pour développer des compétences plus larges. Tous les spécialistes s’accordent sur ce principe.

Depuis la loi Deixonne du 11 janvier 1951, il est possible d’enseigner avec les langues régionales à côté du français. La loi du 21 mai 2021 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion réaffirme ce principe.

À la Réunion, le créole est, plus qu’une langue régionale, c’est la langue maternelle de la majorité des élèves.

Des enseignants ont fait le choix de se former pour utiliser la Langue et la Culture Réunionnaises (LCR). Ces classes dites LCR s'appuient sur la prise en compte des besoins des élèves concernés : prendre en compte la langue de l’enfant, favoriser un bilinguisme épanoui, se sentir bien à l'école, mieux comprendre, s’exprimer avec sérénité, mieux connaître l’histoire et la culture locales, mieux appréhender le français et avoir les bases pour apprendre d’autres langues, partir de l’environnement proche pour mieux comprendre le monde.

Signez pour que ces classes soient proposées à l’ensemble des élèves et parents qui le souhaitent.

Chaque enfant a le droit d’être instruit avec sa langue et sa culture.

Quels apprentissages en LCR ?
Un petit aperçu à travers les vidéos de l’académie :
Ariv azot su la shène "KRÉOL DANN LÉKOL" ! - YouTube 

Signez pour exprimer votre souhait de donner la possibilité à beaucoup plus d’élèves réunionnais d’apprendre avec leur langue et leur culture.

Samedi 29 mai : Mobilisation pour les langues de France, là-bas, Térla

Samedi 29 mai : Mobilisation pour les langues de France, là-bas, Térla.

Samedi des personnes dans la rue pour défendre le droit de leurs enfants d’être instruits également avec la langue de leur région. 

Akoz na poin térla : parsk nout lang lé ankor kozé présk partou, sé in lang papa-momon,  épi nout lékol lé pa dévlopé paréy pou linstan.

 

Samedi des élus.es politiques sont présents.es pour défendre la langue de leur région parce qu’ils et elles y sont attachés.ées.

Akoz na poin térla : parsk isi bann zélu i konpran furamezur, konm tout domoun, la valèr nout lang. Nout lang i fé tout sat nou lé, nout kalité Rénioné.

 

Samedi un des mots d’ordre est de modifier l’article 2 de la constitution.

Français, langue nationale parlée par tous, oui ;

Langue de la région utilisée en respect par tous, oui ;

Térla osi, nou doi fér ék sat nou lé. Konbien prosé lété fosé parsk le moun lavé pa konpri tout an fransé ?

 

Samedi une partie du peuple de France demande le droit de poursuivre aussi un enseignement avec la langue de la région dans des parcours de la maternelle au lycée.

Térla nou kontinié domand lo réspé lo droi aprann osi dan nout lang partou ousa domoun i ve.

 

Sat i rés anou pou fé Térla?

Propoz tout paran i ve zot zanfan i aprann osi lékol èk nout lang kréol, nout listoir, nout maniér oir rénioné (konm i fé dot plas desi la tèr).

Tenir banna okouran ousa i pe fé sa konmsa dopi matérnél ziska gran lékol.

Nou sra pa plis kouyon, mé riskap plis dan lo réspé sat nou lé, plis antié, plis zié rouvér si nout kapab.

Mèt ansanm pou in vré politik pou dévlop tousala èk Réktora, Rézion, Départman, Méri, Dépité, Sénatér, épi tout sat i kroi an nou Rénioné.

 

 

 

Ékri kréol banna!

 


Quelques remarques préalables pour d'éventuels lecteurs non créolophones:

1. Nous avons choisi de nous exprimer sur ce site principalement en créole réunionnais. Si nous étions des enseignants d'anglais nous aurions choisi l'anglais, si nous étions des enseignants d'espagnol nous aurions choisi l'espagnol. Etre pour "le créole à l'école" ne veut pas dire  pour autant rejeter  la langue française, bien au contraire. Pour économiser un long discours nous citons Alain Dorville, Guadeloupéen, didacticien, auteur du trés beau texte "si le créole pouvait parler" (intégralité du texte sur  le site potomitan, site de promotion des cultures et des langues créoles)

 

 

"A la Langue Française, ma soeur nourricière...

Tu es plus ancienne, plus grande et plus forte que moi, mais comme moi, tu souffres de la sottise de tes défenseurs qui cherchent à te protéger en t'isolant des autres langues. On m'a mortifiée en ton nom, ridiculisée en ton nom, mais je sais que tu n'y es pour rien. Tu me prêtes tes mots lorsque les mots me manquent, mais on déplore cela et on me dit en péril à cause de toi. Lorsque c'est moi qui te prête mes mots et mes images, on dit que je te salis. Tant pis ! Nous savons bien que nous sommes plus fortes ensemble que séparées, et que notre mission est la même : servir l'Homme".

Alain Dorville.

2. Il a bien fallu choisir une graphie pour écrire en créole. Nous avons choisi d'écrire en utilisant la graphie cadre pour l'école avec ses tolérences. Nous citons dans l'espace des parents le passage des programmes académiques concernant la question de la lecture et de l'écriture du créole.

 


 

×