Lantant LKR - LLKR - Kreol dann lékol - le créole à l'école à la Réunion

Sat nou pouré kroir, lé vré lé pa vré ?

Chers parents, vous êtes de plus en plus favorables au créole à l’école (81%), d’après les derniers sondages (source SAGIS 2021); mais cela ne vous empêche pas d’avoir certaines inquiétudes. Ces craintes sont légitimes car pendant de longues années des représentations négatives circulaient, se diffusaient pour finalement s’ancrer dans l’inconscient collectif.

Pour combattre ces idées reçues d’un autre âge, nous vous conseillons: 

Un livre : « Oui au créole, oui au français », L. Daleau, Y. Duchemann, A. Gauvin, F. Georger, collection créole réunionnais et français, langues partenaires, éditions Tikouti, 2006. 

• Quelques sites sur le bilinguisme : 

https://www.bilinguisme-conseil.com/ 

https://dulala.fr/videos/ 

Des reportages et témoignages: « J’apprends dans deux langues » Académie de Toulouse – Région Midi Pyrénées, 

ou encore Youtube Kréol dann lékol Académie Réunion 

• Un tableau récapitulatif de nos réponses à vos questions. 

 

Zot bann kèstion 
desi kréol dann lékol 
Nout bann répons parapor kréol dann lékol   
Kréol la pa in lang ! Qu’est-ce qu’une langue : c’est un système qui permet l’expression du mental et aussi de la communication entre des personnes d’une même communauté à l’oral comme à l’écrit.
On peut parler de langue officielle, langue régionale, langue ancestrale, langue classique … mais aussi de langue maternelle ou première, de langue seconde …
Ce qu’il faut retenir : toutes les langues se valent. 
 

Les élèves ont déjà des difficultés en français, alors pourquoi introduire le créole ? Le créole est un frein à l’apprentissage du français. 

L’enseignement du créole n’est pas un frein à l’enseignement du français, au contraire. L’enseignement et l’usage du créole à l’école vise à instaurer un bilinguisme additif et une meilleure expression. 

Bilinguisme additif (pris sur enfantsbilingues.com) Situation bilingue où l’enfant a pu développer ses deux langues de façon équilibrée et a pu, à partir de son expérience bilingue, bénéficier d’avantages sur le plan de son développement cognitif; cet état se retrouve surtout lorsque les deux langues sont valorisées dans l’entourage socioculturel de l’enfant. 

De nombreux enfants à la Réunion sont encore en situation de bilinguisme soustractif. 

Bilinguisme soustractif (pris sur enfantsbilingues.com) Situation bilingue où l’enfant a développé sa seconde langue au détriment de son acquis en langue maternelle et qui peut entrainer des désavantages sur le pan du développement cognitif ; cet état se retrouve lorque l’entourage dévalorise la langue maternelle de l’enfant par rapport à une langue dominante, socialement plus prestigieuse.  Du fait de la vitalité du créole et du français à la Réunion, nous avons la possibilité et la chance de mettre en place un bilinguisme additif, ce qui sera profitable à l’enseignement des langues en général.  Utiliser la langue et la culture réunionnaises c’est mettre l’enfant en sécurité et lui donner des repères.

 

Les élèves parlent déjà créole, alors pourquoi l’enseigner ? Le créole est inné. 

Aucune langue est innée. Pourrait-on dire qu’il est inutile d’enseigner le français dans l’Hexagone car les élèves parlent déjà français? Le français est inné? Bien entendu non. Tout au long de la scolarité un élève français apprend le français. 

En plus du français, à la Réunion il est important d’apprendre aussi le créole. Le psycholinguiste Lambert a bien montré que pour qu’un enfant apprenne efficacement une seconde langue ou une seconde culture il faut qu’il soit au préalable valorisé dans sa première langue et dans sa première culture. 

 

Enseigner le créole c’est renfermer l’enfant sur lui-même. Il ne vaut pas mieux lui enseigner l’anglais ? 

L’enseignement du créole ne s’oppose pas à celui du français, et encore moins à celui des langues étrangères, au contraire. Le créole ne remplacera jamais l’anglais à l’extérieur de l’île et l’anglais ne remplacera jamais le créole à l’intérieur de l’île. De très nombreux élèves qui ont choisi le créole à l’école ont aussi de très bons résultats en langues étrangères, voire aussi dans des classes européennes. 

 

Jusqu’à présent le créole n’était pas présent à l’école, et c’était très bien ainsi. Alors pourquoi vouloir le mettre à l’école ? 

Poser cette question montre une méconnaissance de nombreux indicateurs d’évaluation. 

L’école à la Réunion a entrainé beaucoup d’échec depuis sa création sans utiliser la langue et la culture des élèves. Il est temps de renverser la situation pour une école qui se base sur les élèves réunionnais et leur environnement. 

 

Quel créole enseigner, tout le monde ne parle pas le même créole ? 

Dans l’hexagone on ne parle pas français exactement de la même façon à Marseille, à Paris, dans le Nord. C’est ce qu’on appelle de la variation. Comme toutes les langues vivantes le créole connaît de la variation (les seules langues qui ne connaissent pas de la variation sont les langues mortes). Pourtant, mettez autour d’une table quelqu’un des bas et quelqu’un des hauts ils vont se comprendre même s’ils ne parlent pas exactement de la même façon. A l’école l’ensemble du créole avec toute sa variation est accepté. 

 

Le créole est une langue orale, alors pourquoi vouloir l’écrire ?! 

Pourriez-vous nous raconter (pendant 10 minutes) l’histoire de Granmérkal, ou pourriez-vous citer 1 titre des Zistoir Tijan, ou 1 titre des Zistoir konpèr lapin, ou 1 titre d’un poème en créole (La Réunion “l’île des poètes”), ou 1 titre de roman en créole, ou 1 chanson de Célimène, ou 2 berceuses en créole, ou … A l’évidence tout un patrimoine culturel est en train de se perdre car la transmission orale ne se fait plus d’où l’importance d’utiliser l’écrit. 

 

Ceux qui défendent le créole ne sont même pas d’accord entre eux sur la graphie, sur l’écriture. On va imposer une écriture artificielle à nos enfants ? 

Une graphie simple et cohérente est utilisée à l’école. Elle se base sur la syllabique et n’entraine aucune difficulté de déchiffrage pour les élèves (même système qu’au CP). 

Les adultes seront surpris au début puis s’habitueront en se mettant à la place d’un apprenant … du CP. 

demo Télésharj “lékritir pou lékol”

 

 

L’enseignement du créole est-il obligatoire? 

Non! L’enseignement de l’option LVR ou l’enseignement en classe bilingue n’est pas obligatoire. L’enseignant vous informe et vous propose son projet. Ce projet doit figurer dans le projet d’école (donc validé par les représentants de parents d’élèves et l’ensemble de la communauté éducative). L’ouverture d’une classe bilingue se fait à l’initiative des parents et le plus souvent des enseignants. Les parents sont en général tous d’accord quand l’information sur les bienfaits d’un tel projet est bien donnée. 

 

Je veux que mon enfant profite d’un enseignement en classe bilingue. Que faire? 

L’ouverture d’une classe bilingue peut se faire à la demande des familles. Il est important alors de faire remonter les demandes (à l’école notamment par le biais des représentants de parents, aux municipalités, à l’institution scolaire). Si vous êtes plusieurs dans ce cas il est important de faire une demande groupée.

 

 

La langue maternelle de mon enfant n’est pas le créole. Pourquoi ferait-il du créole à l’école? 

De nombreux enfants qui sont actuellement en cours de créole n’ont pas le créole pour langue maternelle et ça ne pose aucun problème, ils sont même ravis. L’option LVR ou l’enseignement bilingue sont de formidables ouvertures sur les langues en général. Il ne faut pas oublier aussi toute la culture (histoire, contes, musique, …) transmise lors de cet enseignement. L’enseignement du créole ne va pas perturber l’acquisition de la langue maternelle de votre enfant. 

 

La question du “créole à l’école” est polémique, beaucoup de personnes sont contres! Pourquoi vouloir nous imposer “le créole à l’école”? 

Nous rappelons que l’enseignement du créole à l’école” n’est pas obligatoire, rien n’est imposé. L’usage du créole ne nécessite aucune autorisation. Beaucoup de parents sont favorables au “créole à l’école”, donc il est important de tenir compte de leur avis. Dans la presse on entend ou on lit souvent des réactions encore vives sur “le créole à l’école” … par des personnes dont les enfants n’ont jamais fréquenté un cours de créole. Par contre, on n’entend ou ne lit jamais de réactions négatives de la part de parents dont les enfants ont suivi un cours de créole. En réalité on parle souvent mal de ce qu’on ne connait pas. 

 

 

Astèr zot kèr lé klèr ansamn kréol dann lékol. 

Kosa zot i doi konét ? 

• Ou néna lo droi domand out marmay i fé kréol dann lékol !

• Sa in droi dan la loi lékol fransé dopi 2002.

• Marmay néna lo droi fé kont zot poin kréol pou brevé.

• Marmay néna lo droi pas lopsion kréol pou lo bak mèm an kandida lib.5

 

 

This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.